top of page
91056357_s.jpg

Prix de thèse

  • Le GRRC et la Société Française de Cardiologie (SFC) attribue deux Prix de Thèse d’Université (PhD) dans les différents domaines de la spécialité. Un prix récompense une thèse à orientation fondamentale et un prix récompense une thèse à orientation translationnelle.

  • Date limite de candidature : 31 octobre 2023

  • Dossier de candidature : cliquez ici

Allocations fin de thèse

  • Les allocations de fin de thèse du GRRC ont pour vocation de financer une fin de thèse de sciences.

  • Montant du financement : 6 ou 12 mois

  • Calendrier et dossier de candidature : cliquez ici

Travel grants

  • Vous avez obtenu votre M2 et/ou votre doctorat en France et êtes actuellement en post-doctorat à l’étranger

  • Soumettez votre abstract au Printemps de la Cardiologie, à Lille en 2024. Cliquez ici 

  • Obtenez votre Travel Grant pour présenter vos travaux, découvrir de nouvelles thématiques et rencontrer des scientifiques fondamentalistes et cliniciens : Dossier de candidature

Les Lauréats

Allocations fin de thèse 2023

Clément Bouchet

Clément Bouchet.png

Je m’appelle Clement Bouchet, j’ai 26 ans et je suis en dernière année de thèse au Centre de Recherche Cardio Thoracique de Bordeaux. Cela fait maintenant 4 ans que je travaille sur une maladie mortelle, peu connue du grand public : l’Hypertension Pulmonaire. Cette maladie touche les artères pulmonaires entrainant une fatigue cardiaque ; appelée insuffisance cardiaque menant au décès des patients. Malheureusement les traitements médicamenteux disponibles à l’heure actuelle ne permettent pas de guérir de cette maladie. L’objectif de ma thèse est donc d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques pour développer des traitements plus efficaces. Pour cela, dans ce projet, nous nous intéressons à une protéine appelée : le facteur de croissance des nerfs ou NGF. Nous avons montré précédemment que le NGF joue un rôle important dans le développement et la progression de l’hypertension pulmonaire. En effet il participe aux modifications structurales des artères pulmonaires (remodelage et inflammation) et aux altérations de leur réactivité qu’on observe dans l’hypertension pulmonaire. Les objectifs de mon projet de thèse sont donc de mieux comprendre les mécanismes activés par le NGF dans cette maladie, en utilisant des modèles cellulaires et animaux d’hypertension pulmonaire. Nous espérons que ce projet pourra confirmer le NGF comme cible thérapeutique intéressante dans cette maladie, et permettra de développer des nouveaux médicaments qui pourraient, en ciblant le NGF, être plus efficaces dans le traitement de l’hypertension pulmonaire.

Cyrielle Jajkiewicz

Cyrielle Jajkiewicz.jpg

J’ai obtenu une licence Science de la Vie parcours Biologie Cellulaire et Physiologie Animale à l’Université de Nantes puis un master Biologie-Santé parcours Physiologie, Physiopathologies et Pharmacologie à l’Université de Poitiers. J’ai réalisé mon stage de master 2 au sein de l’Institut du Thorax à Nantes où j’ai pu travailler sur la caractérisation du canal sodique Nav1.5 dans les astrocytes et les conséquences d’une dysfonction de ce canal au niveau du système nerveux central et d’un potentiel lien avec le cœur. En 2020, j'ai obtenu un financement pour ma thèse afin de continuer à travailler au sein de la même équipe (II : canaux ioniques et cardiopathies) à l'Institut du Thorax, sous la supervision des docteurs Flavien Charpentier et Mickaël Derangeon. Nous avons découvert une nouvelle mutation (p.R211H) dans le gène RRAD, qui est associée à une forme familiale du syndrome de Brugada. Ce variant entraîne une diminution du courant sodique ainsi que des anomalies structurelles dans les cardiomyocytes dérivés de cellules souches pluripotentes humaines induites (hiPS-CMs). Nous étudions les mécanismes moléculaires de cette diminution du courant sodique dans les hiPS-CMs, ainsi que dans un modèle de souris Knock-In portant la mutation équivalente p.R210H-Rrad. Dans le but de finaliser ce projet de recherche, j'ai obtenu une prolongation de 6 mois accordée par le GRRC.

Corentin Porada

Corentin.jpg

Je m’appelle Corentin Porada et je suis en 4ème année de thèse dans l’équipe Développement et régénération cardiaque à Marseille. Mon projet s’intéresse au rôle d’une sous-unité régulatrice de la protéine kinase AMPc-dépendante (PKA) au cours du développement cardiaque précoce. La PKA constitue l’un des principaux régulateurs de la contraction cardiaque chez l’adulte, mais son rôle au cours du développement est relativement peu connu. A l’aide de lignées de souris transgéniques j’étudie le rôle de la sous-unité régulatrice majoritaire de la PKA au cours du développement du cœur en réalisant des délétions conditionnelles dans diverses populations de cellules progénitrices.

Prix de thèse 2022

Sébastien Rubin

Photo-S.Rubin-prix-these-2023.png

J’ai commencé mon internat de Néphrologie en 2010 à Bordeaux. Pendant celui-ci j’ai réalisé un Master 2 en Biologie Cellulaire, Physiologie et Physiopathologie à l’Université de Bordeaux. Après ma thèse de Médecine en 2015, j’ai débuté une carrière clinique au CHU de Bordeaux dans le service de Néphrologie, Transplantation, Dialyse et Aphérèse. J’ai développé 2 thématiques de recherche clinique. Les composantes vasculaires de la maladie rénale chronique incluant l’hypertension artérielle (HTA) et l’insuffisance rénale aigue. J’ai initié une thèse d’Université en 2017 dans l’unité Inserm U1034 sous la direction du Pr Thierry Couffinhal dont la thématique était l’étude de la fonction du gêne PHACTR-1 associé dans plusieurs GWAS aux maladies artérielles non-athéromateuse. Durant cette thèse, j’ai réalisé, en plus, un travail sur des modèles murin d’HTA étudiant l’impact du fond génétique de ces animaux sur les complications vasculaires de l’HTA. Depuis novembre 2022 je suis en postdoc à Manchester (Royaume-Uni) au sein de la « Division of Cardiovascular Sciences, University of Manchester » dans la groupe du Pr Maciej Tomaszewski, spécialiste mondialement reconnu de l’intégration multi omique dans l’hypertension artérielle et la maladie rénale chronique.

Constance Delwarde

Photo-C. Delwarde-prix-these 2023.jpg

J’ai effectué le master « Biologie, Biotechnologies et Recherche Thérapeutique » de Nantes Université, durant lequel j’ai étudié un nouveau modèle murin de valvulopathie mitrale : le rat Knock-In Filamine-A P637Q, qui exprime une mutation ponctuelle identifiée par mon équipe chez les patients. J’ai obtenu un financement de thèse afin de poursuivre mes travaux, toujours au sein de l’équipe 1 « Human Genetics » de l’Institut du Thorax à Nantes, encadrée par les Dr Jean Mérot, Romain Capoulade et le Pr Thierry Le Tourneau. J’ai notamment utilisé des approches d’imagerie multimodale (échocardiographie, micro-tomodensitométrie et histologie) et de transcriptomique afin de phénotyper les rats. Mes travaux ont fait l’objet d’une publication dans Cardiovascular Research en 2022 (doi: 10.1093/cvr/cvac136). Au cours de ma thèse, j’ai obtenu une bourse Mitacs Globalink qui m’a permis de faire un stage à Montréal, confirmant mon envie de continuer dans la recherche. Je débuterai donc un post-doctorat au Brigham and Women’s Hospital à Boston en Février, dans l’équipe du Pr Masanori Aikawa sur la biologie des macrophages vasculaires notamment.

Allocation fin de thèse 2022

Sarah Colombani

Photo-S_edited.jpg

J’ai réalisé mon parcours universitaire à la faculté des Sciences de Montpellier. J’ai obtenu une licence de Physiologie Animale et Neurosciences, puis un master de Médecine Expérimentale et Régénératrice. Durant mes années universitaires, j’ai pu réaliser des stages à l’Institut des Neurosciences de Montpellier, l’Institut de Génomique Fonctionnelle et à PhyMedExp. En stage de master 1, j’ai travaillé sur l’implication de mutation de gènes dans les cardiopathies chez le zebrafish. En stage de master 2, j’ai travaillé sur l’étude in vivo de la fibrillation atriale dans un modèle murin de cardiomyopathie diabétique. 

En 2019, j’ai obtenu le prix de la cardiologie de la Fondation pour la Recherche Médicale, ce qui m’a permis de débuter mon projet de thèse. Ce dernier porte sur l’étude des tachycardies ventriculaires polymorphes catécholaminergiques associées aux troubles neuro-psycho-comportementaux en utilisant les cellules souches pluripotentes induites et l’organe sur puce neurocardiaque dérivé du patient. Cette thèse est sous la co-direction des Drs Alain Lacampagne et Albano Meli. Dans le but de finaliser ce projet de recherche, 6 mois de prolongation m'ont été accordés par le GRRC. 

bottom of page